L’entretien du lundi : Rock Feliho

A 72 heures de recevoir le PSG Hand à la Trocardière, Rock Feliho s’est confié sur l’actualité du « H » en cette fin 2015, et bien évidemment sur le défi de taille qui attend nos Violets, jeudi soir face au leader parisien. Paroles de Capitaine !

Rock, après 9 matchs sans défaite, le « H » est tombé à Nîmes la semaine dernière (26-29). Avec quelques jours de recul, comment analyses-tu cette fin de série ?
« ll faut se servir de cette défaite pour réagir le plus vite possible. Cette série était nécessaire, vitale, après notre début de saison en demi-teinte. Au niveau comptable, et pour la confiance, on était dans l’obligation de rebondir. En enchaînant des succès, on ne s’est pas enflammé, alors on ne va pas dramatiser non plus après cette défaite à l’extérieur. C’est dommage, car on aurait pu réaliser une belle opération au classement, en ramenant quelque chose de Nîmes. On est désormais passé à autre chose. »

Le prochain obstacle, ce sera donc Paris. Ce PSG-là est-il prenable ?
« Paris n’est plus à présenter, c’est un candidat à tous les titres nationaux, et un vrai client en Champions League. Mais sur un match, tout reste ouvert. Il faudra être plus que performants, que tout aille dans notre sens jeudi soir. On connait l’ampleur de la tâche, mais ce n’est pas le style du «H » de s’avouer vaincu. On va tout donner ! »

Lors du Trophée des Champions, face à ce même adversaire, le HBC Nantes avait fait jeu égal jusque dans le moneytime, avant de céder de 2 petits buts (28-30)…
« On va s’appuyer sur cette expérience car on avait clairement réussi à les gêner. J’ai revu le match, et à un moment on n’était plus dans la partie, avant de revenir grâce à plusieurs facteurs. Je pense là à notre combativité, notre orgueil, et le soutien de notre public, qui compte toujours énormément quand on évolue ici. On le sait : face à Paris, chaque temps faible se paie cash. Il faudra donc être à 200% et si on est en manque d’énergie, on devra aller chercher ce supplément d’âme nécessaire à une vraie perf .»

PAPIER-2

Il reste deux gros challenges dans cette fin d’année en D1, puisque vous allez tout simplement affronter les 2 premiers du classement (Paris jeudi puis Saint-Raphaël dimanche). Vous êtes-vous fixés un objectif comptable sur ce double rendez-vous ?
« Il faudrait prendre au moins 2 points pour bien finir. Et si on peut en empocher 4, bien évidemment on le fera, histoire de boucler 2015 de la meilleure des manières. Pour le moment, il faut savoir que le groupe est uniquement concentré sur Paris, ne s’éparpille pas en pensant au match de Saint-Raphaël. Ce sont deux très belles affiches à disputer en tout cas. »

A l’image de l’équipe, tu es monté en puissance ces dernières semaines. Y a-t-il eu un déclic qui a particulièrement inspiré cette tendance ?
« Tout vient du collectif. Il ne nous manquait pas grand-chose pour mettre la machine en route, et ce sont souvent des détails qui jouent au plus haut niveau. Le travail, la répétition des efforts ont effectivement payé. Pour moi, l’une des clés a été le match nul face à Toulouse (26-26, 6e journée), arraché à la dernière seconde sur notre parquet. Cela nous a redonné confiance, je pense par exemple à Matias (Schulz), qui a enchainé ensuite de très belles prestations. Toute la défense s’est appuyée sur cette force de caractère pour repartir de l’avant, et ça a payé. »