L’entretien du lundi : Thierry Anti

Son équipe a repris le travail depuis une semaine, et Thierry Anti lui a concocté un programme intensif en ce début 2016. Préparation, intentions et ambitions : le coach nantais se livre dans notre traditionnel «Entretien du lundi».

Thierry, sur quels ingrédients avez-vous décidé d’insister en cette période de reprise ?
« On entame la deuxième semaine de travail avec un effectif réduit, car beaucoup de joueurs sont actuellement en sélection, quasiment la moitié de l’équipe en fait. Dans les prochains jours, on devrait récupérer Matias (Schulz), nos deux jeunes internationaux (Romain Lagarde et Adrien Vergely), et peut-être un ou deux joueurs qui sont en équipe de France (Théo Derot et Nicolas Claire), voire même Sime Ivic (actuellement avec la sélection croate), qui effectuerait ses premiers pas avec nous. Collectivement, ce sera alors beaucoup plus cohérent. Pour le moment, on a axé cette reprise sur une grosse charge athlétique, et on en profite évidemment de cette situation pour individualiser le travail sur le plan technique. »

Concrètement, comment animez-vous les séances en ce début d’année ?
« Je prépare le planning global, et on discute du contenu avec Alan Albert (le préparateur physique) pour optimiser la préparation. Il met ensuite en place des exercices ciblés selon les profils. L’après-midi est consacrée au handball, et on intègre les jeunes de l’équipe B au groupe. Cela leur permet de profiter de l’expérience de joueurs pros, et du coup nous sommes en nombre sur le terrain pour faire des oppositions. On couple les entrainements actuellement, pour que l’on puisse avancer tous ensemble. »

ACTU

Cette coupure en fin d’année a-t-elle fait du bien au groupe ?
« En général, cette trêve arrive à point nommé. C’est le bon moment pour mettre les organismes au repos. Ça fait du bien physiquement, mais également dans les têtes. On aurait bien sûr aimé boucler 2015 par une victoire sur nos trois derniers matches (Nîmes, PSG, Saint-Raphaël), mais cela n’a pas été le cas. Aujourd’hui, on ouvre un nouveau chapitre, et on est tous très motivé pour corriger cela. »

Suivez-vous les prestations de nos Nantais lors de la préparation à l’Euro, et notamment les Tricolores ?
« Oui, j’étais à Bercy ce week-end pour voir l’équipe de France, et j’ai pu discuter avec Nicolas Claire et Théo Derot. J’ai dit à Théo de croquer dedans, de profiter de chaque instant sous ce maillot, et il l’a bien fait d’ailleurs. Certes il n’a pas d’expérience au niveau international et ce serait donc un vrai challenge s’il venait à commencer par un championnat d‘Europe, mais je pense qu’il a une vraie chance de participer à ce tournoi. On sera également rapidement fixé concernant la sélection de Nicolas Claire pour cette compétition. Quoi qu’il en soit, ils profitent de cette belle expérience au quotidien. »

Samedi a eu lieu le tirage au sort des 8es de finale de la Coupe de France et le « H » entamera donc 2016 à la maison…
« Oui, on recevra Tremblay le 6 ou 7 février prochain. Sur cette période de février-mars, on va avoir une quinzaine de matchs à disputer, ce qui est énorme. Chaque fois qu’on l’on jouera chez nous, devant notre public, cela sera un vrai avantage. Le fait de ne pas avoir de déplacement supplémentaire est également précieux, car cela favorisera la récupération. Tremblay a un très bel effectif, mais vit une période de doute, alors il ne faudrait pas que cette Coupe les relance. On jouera à la Trocardière, ce sera notre grande première en 2016, il faudra être bon pour lancer une série, car on va avoir besoin de repères et de confiance dans cette période marathon. On a un vrai devoir de réussite. »

PAPIER

Le calendrier sera effectivement très chargé. Avez-vous fixé des priorités au regard de ce qui vous attend ?
« On sera engagé sur quatre tableaux, les challenges vont se bousculer, on en est conscient. On a des ambitions européennes donc on doit repartir de l’avant en championnat. Concernant les Coupes, on tentera d’aller le plus possible, et un gros défi nous attendra en demi-finale de Coupe de la Ligue, à Montpellier. On a un titre à défendre, et on compte bien s’y tenir. Et puis il y a l’Europe, avec le Final4 en ligne de mire, car on aura la chance d’accueillir les finales de l’EHF Cup à Nantes en mai prochain. Bien évidemment, cela nous motive encore davantage et on a envie de vivre une belle aventure dans cette compétition si particulière. Mais à l’heure où l’on parle, on ne peut pas établir de véritables priorités. On doit tout jouer à fond, c’est un excellent dilemme, un excellent moyen aussi pour que l’équipe soit performante et que tout le groupe se tire vers le haut. »

Pour finir, que peut-on souhaiter au HBC Nantes et à Thierry Anti en ces premiers jours de 2016 ?
« Un titre européen serait le Graal, on en rêve tous, cela donnerait une vraie reconnaissance au club. Le chemin sera long, difficile, et il ne faut jamais négliger la qualité des adversaires. On a également de l’orgueil et donc l’envie de remonter au classement après la phase aller, on n’est pas à notre place aujourd’hui. A nous de rectifier le tir. Plus globalement, on va chercher à enrichir le palmarès du club dans les prochains mois. Ce qu’il faut nous souhaiter en fait c’est d’enclencher de nouveau une dynamique de victoires, pour prouver la qualité de cet effectif. »