L’entretien du lundi : Florian Delecroix

Il fait partie de cette jeunesse triomphante du « H ». Blessé en début d’année, il refait petit à petit son retour dans le groupe de Thierry Anti à l’arrivée du printemps. Après une grosse prestation face au Montpellier Handball en demi-finale de Coupe de la Ligue, il a également clôturé la marque pour nos Violets, dimanche face aux Lions. Florian Delecroix est dans notre entretien du lundi.

Salut Florian ! On a parfois l’impression de se répéter mais les enchainements LNH-EHF Cup réussissent plutôt bien au « H », non ?

Oui, c’est vrai qu’on a vécu une très belle semaine entre Chambéry (victoire 33-25) et ce succès important en EHF Cup contre les Lions (30-24). Le principal est fait, et c’est ce qu’on attendait. Contre Chambéry, on a su profiter de plusieurs facteurs pour réussir un très bon match. Leur gardien Yann Genty, n’était pas dedans. Il fait beaucoup plus d’arrêts d’habitude, mais sur ce match c’est difficile pour lui. De notre côté, Gorazd Skof a réalisé une belle performance. Et puis en défense, c’était beaucoup plus agressif et beaucoup plus compact, donc forcément ils ont eu beaucoup plus mal pour marquer des buts.

Si on revient sur la dernière rencontre, vous nous avez fait peur en 1ère période. Ils étaient si compliqués à jouer ces Néerlandais ?

Ce n’est pas du tout le même type d’équipe que Chambéry, si on doit comparer. Les Hollandais nous ont proposé une défense très étagée, ce qui est toujours compliqué à contourner en attaque. Il faut être en jambe tout de suite sinon ils te sautent dessus pour te neutraliser et forcément tu te retrouves bloqué. Après on savait qu’ils ne tiendraient pas ce rythme tout le match, on a su creuser l’écart au moment où ils ont eu un coup de moins bien et ça a payé.

2

Tu es de retour dans cette équipe depuis 15 jours environ, mais tu joues assez peu, comment te sens-tu ?

Je me sens plutôt en forme en ce moment, plutôt en jambes. Les entrainements sont satisfaisants, donc sur mon cas personnel ça va pas mal. Je me donne à fond pour essayer de me montrer et convaincre le coach de me faire confiance. Après sur mon temps de jeu, l’entraineur fait ses choix et je les respecte. Parfois on joue souvent, parfois moins souvent, ça fait partie des aléas du sportif.

Vous démarrez une semaine extrêmement lourde avec deux matchs à l’extérieur et pour commencer un déplacement à Paris.

Ça va être encore une fois compliqué. Jouer à Paris, 1ers du classement, battus une seule fois en championnat, c’est vraiment difficile. Ils sont clairement favoris, il n’y a pas de doute là-dessus. En plus en termes d’organisation, notamment défensive, nos blessés vont nous manquer. Si on les attend à 6m, vu les arrières qu’ils ont, ça risque de vite s’emballer au scoring. On va donc tenter de pallier à ces absences et de tout donner pour essayer de ramener quelque chose de Paris.

1

Trois jours après, ce sera le Danemark et la dernière journée de l’EHF Cup, ce n’est pas trop difficile d’enchainer ?

La qualification n’est pas assurée donc il faudra donner le maximum au Danemark et vu que les rencontres contre le PSG prennent beaucoup d’énergie ça nécessite de bien se reposer entre les deux rencontres. Ceci dit, je pense que c’est utile d’enchainer sans repasser à Nantes. Revenir pour une demi-journée puis repartir, ce n’est pas l’idéal. Nous aurons moins de transports entre Paris et Holstebro et nous serons forcément plus en jambes pour affronter les Danois. Et puis rester ensemble c’est toujours important pour la cohésion du groupe.

Merci Florian !

3

#TOUSH