L’entretien du lundi : Thierry Anti [Partie 2]

 

Deuxième partie de l’entretien du lundi avec notre coach Thierry Anti. Aujourd’hui, on se projette sur la fin de saison entre Finales de la Coupe EHF, reprise à Tremblay et un point sur l’infirmerie du « H »

Le tirage de la Coupe EHF a été effectué, la composition du carré final est déjà connue dans les grandes lignes, 2 clubs français, un club allemand et un dernier club soit espagnol, soit danois. C’est un bon tirage pour toi ?

Tous ces clubs, à l’exception de Chambéry, avaient fait une demande pour jouer les qualifications de la Ligue des Champions. La fédération européenne a préféré reverser ces équipes en Coupe EHF, justement pour la valoriser. Elles auraient largement eu leur place en Ligue des Champions. Nous sommes au stade des quarts de finale et on constate à quel point, le niveau de cette compétition est élevé. On retrouve les quatre pays qui dominent le handball de club, tout du moins qui possèdent cette densité. En Pologne, en Hongrie ou en Croatie, tu as aussi des grands clubs, mais souvent il n’y en a qu’un seul, qui joue la Ligue des Champions. Les autres clubs de ces pays, on ne les voit pas dans les autres compétitions. Ce n’est pas un hasard de retrouver 2 clubs allemands, 3 clubs français, un club espagnol et un club danois pour représenter le top 7 de l’EHF Cup… Cette compétition est très représentative, je pense.

C’est la bonne année pour le « H » ?

Bien malin celui qui peut déjà déterminer le futur vainqueur. On en a envie, bien sûr et nous avons l’avantage de jouer à domicile. Mais il y a vraiment de belles équipes en lice. Et ce sera très difficile.

1

Après la trêve, la reprise est prévue le 16 avril à Tremblay…

Un match piège. On reprend là-dessus, à l’extérieur, contre un groupe qui a la capacité de battre beaucoup de monde, mais qui ne l’a pas spécialement montré. Il faudra être costaud là-bas. Si nous battons Tremblay et que nous arrivons à enchainer au mois d’avril (Ndlr deux réceptions : Aix, le 20 avril et le derby face à Cesson le 27), en faisant carton plein, là nous serons bien placés en championnat.

Le passage à un rythme plus lent avec un seul match par semaine, est-ce que ça ne va pas être plus compliqué pour garder les joueurs sous pression et dans une bonne dynamique ?

Oui, c’est différent. J’ai prévenu les joueurs à ce sujet. On va rentrer dans un tout autre rythme au mois d’avril, donc il faut que les joueurs l’intègrent mentalement pour pouvoir travailler au mieux physiquement et tactiquement dans les séances. L’investissement des joueurs dans les séances d’entrainement sera lui aussi différent. On ne se prépare pas de la même façon selon qu’on joue une ou deux fois au cours de la semaine. L’intensité, la durée, tout va être différent.

Si on fait un point sur les blessés, logiquement la plupart devraient être de retour contre Tremblay, tu peux nous le confirmer ?

Ils sont en bonne voie de guérison. Tous. Matias Schulz, Rock Feliho, Nicolas Claire ou Theo Derot. Maintenant, on va se laisser un peu de temps, si on veut éviter les rechutes. La vraie priorité, c’est le weekend des Finales de l’EHF Cup (NDLR 14-15 mai). Sur ce week-end là, j’aimerais que mes 18 joueurs soient d’attaque pour avoir des maux de tête avant de composer mon équipe. Et peut-être que nous jouerons notre place européenne, à la maison lors du dernier match de championnat contre Nîmes ? Qui sait… Il va falloir caler tout ça maintenant.

3

#TOUSH